Revue du Souvenir Vendéen n°268 – Septembre 2014

En 1ère de couverture, Cathelineau fait à Dieu la promesse de défendre sa foi, huile sur toile d’Auguste Billaud (1870-1949), exposée au Musée d’Art et d’Histoire de Cholet. Lire la notice en 4ème de couverture.

 Editorial : La mémoire, le pardon et la paix. Pour  notre président Michel Chatry, les formes nouvelles de totalitarisme et en particulier la persécution des Chrétiens d’Orient, nous confortent dans notre action pour entretenir la mémoire nécessaire pour tirer les enseignements de l’histoire, et le pardon qui seul conduit à la paix, valeur majeure des chrétiens.

 Du 23 août au 6 septembre 1914, le carnet de route de Charles Coubard. Dans ce court et émouvant témoignage, le président fondateur du Souvenir Vendéen, alors carabin, nous fait partager la détresse de nos troupes durant les premières semaines de la terrible guerre 14-18 dont nous célébrons le centenaire. On ne peut s’empêcher de rapprocher ce récit des jours dramatiques vécus par les malheureux acteurs de la Virée de galerne.

 « Ici Saint Lescure est mort ! » Les Besnardières (4 novembre 1793). Paul Liguine nous entraine au pied de la Croix des Besnardières, sur la commune de La Pellerine (Mayenne) et nous fait revivre les derniers jours de L.M. de Lescure, blessé mortellement à La Tremblaye le 15 octobre 1793.    

 Les derniers jours de Danguy de Vue, par Jean-Pierre Vallée. Charles-François Danguy, seigneur de Vue, âgé de 63 ans et ne voyant presque plus, est entrainé malgré lui le 12 mars 1793 pour attaquer Paimboeuf.

L’attaque se transforme en déroute, Danguy blessé regagne son château de Vue où il est arrêté quelques jours plus tard en vertu du décret du 19 mars 1793. Il est jugé, condamné à mort, guillotiné à Nantes le 6 avril 1793.

Guillotine et peloton d’exécution aux Sables d’Olonne (1793-1794) par Daniel J. Amaglio. Etablie en vertu de l’article 2 du décret du 19 mars 1793, la Commission Militaire des Sables enverra à la mort 129 insurgés vendéens. L’auteur nous éclaire sur l’action de cette Commission pendant les 12 mois de son activité, sur le sort des condamnés dont il dresse une liste.

 Ma lecture du Fontenay-le-Comte sous la Révolution de Jean Artarit. Dans le numéro précédent de la Revue nous avions présenté cet excellent ouvrage. Dans le présent article notre adhérent Louis-Christian Gautier nous en propose une analyse personnelle détaillée à l’usage des lecteurs effrayés par les 494 pages du pavé de Jean Artarit.

 Bibliographie :

« Dieu seul ». La route St Louis-Marie Grignion de Montfort, par Claudia et Robert Mestelan. Editions du Colombier.

La Révolution française, par Philippe Pichot-Bravard. Editeur : Via Romana.

Recherches vendéennes n° 20, La Vendée dans les Mémoires. Société d’Emulation de la Vendée, C.V.R.H.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.