Au printemps de la Revue du Souvenir Vendéen

L’impression du numéro de printemps de la Revue du Souvenir Vendéen se termine en cette fin de semaine. L’envoi se fera à partir de lundi prochain. Les adhérents trouveront dans cette livraison la dernière partie de deux gros articles : la biographie inédite d’Hippolyte Putod, éphémère général vendéen, et les fusillés de Chinon.

Dans son éditorial, Olivier du Boucheron, président du Souvenir Vendéen, met en avant les signes encourageants d’un printemps chargé en publications évoquant les Guerres de Vendée dans des médias nationaux et « grand public ». Il s’attarde par ailleurs sur un ouvrage qui a pu heurter le lecteur, L’églantine et le muguet de Danièle Sallenave. Dépassant les antagonismes fortement exprimés dans ce long voyage mémoriel en Anjou, il a ouvert un dialogue avec l’académicienne française et constaté que sa perception du soulèvement vendéen et de sa répression rejoint la nôtre. 

Pour le 225e anniversaire de l’exécution de l’abbé Noël Pinot, Kevin-Emmanuel Labbé a souhaité rendre hommage à ce prêtre martyr en racontant la vie et le martyre de ce prêtre guillotiné à Angers le 21 février 1794. La Revue du Souvenir Vendéen publie son article enrichi de nombreuses illustrations. 

La fin tragique d’Hippolyte Putod, éphémère général vendéen 

Nous retrouverons ensuite la 5e et dernière partie de la biographie d’Hippolyte Putod, dont Paul Liguine a minutieusement reconstitué la carrière. Cet ultime épisode relate avec force détails son arrestation, ses interrogatoires – avec un développement sur les dénonciations auxquelles Putod s’est livré – et son exécution à Rennes le 23 novembre 1793. L’article s’achève sur le sort réservé à certains de ses compagnons d’armes et sur le destin de sa veuve. 

Les deux textes qui suivent, rédigés en 1903, nous offrent la vision qu’un chartiste et qu’un historien ont eu en visitant les ruines du château de la Durbelière, à cette époque à mi-chemin entre la Grande Guerre de 93 et aujourd’hui. Plusieurs documents, en particulier des photographies prises vers 1900, en complètent la découverte. 

Le dernier article conclut l’étude historique et généalogique de Jean Rigaudeau sur les fusillés de Chinon, ces victimes de la Terreur révolutionnaire principalement originaires de la région du Layon, en Anjou, et du Bressuirais. 

La vie de l’association

La Chronique rend compte des premières manifestations de l’année 2019 : la réunion de la Section Ile-de-France à Picpus (12 janvier), la commémoration des Lucs-sur-Boulogne (24 février) et celle de La Gaubretière (27 février). Les prochaines dates annoncées sont : la journée de printemps sur l’île de Noirmoutier (22 juin), l’inauguration d’une plaque commémorative à Vouvant (4 juillet) et l’après-midi Cathelineau à Saint-Florent-le-Vieil (14 juillet). 

Les Échos reviennent sur la sélection du château de l’Étenduère pour le Loto du Patrimoine et l’exposition Un monument de mémoires : Bonchamps par David d’Angers, inaugurée à Cholet le 26 avril dernier. 

Des « fadettes » aux ballons, les curiosités de Chercheurs et Curieux

Les Chercheurs et Curieux évoquent les « fadettes de Noirmoutier », source jusqu’alors inexploitée pour mesurer l’ampleur des massacres en 1794. Un article de Pierre Gréau les étudiera avec plus de précisions dans le prochain numéro de la Revue. Plusieurs questions ont trouvé leurs réponses : sur la compagnie bretonne des frères Fleuriot dans l’armée de Bonchamps ; sur Catherine Gargenoux, qui servit en Vendée dans les rangs de l’armée républicaine ; et sur un certain Thomas, membre du Conseil supérieur de Châtillon.

La rubrique est complétée par un article de Jean Pallard sur un progrès technique qui aurait pu donner un avantage aux républicains, s’ils avaient su en tirer parti au cours des campagnes de 1793, particulièrement outre-Loire : les ballons captifs, mentionnés dans une pièce d’archives. 

Deux livres sont enfin présentés dans la Bibliographie : Les écrits de Louis Perrocheau, Mémoires d’un Vendéen rebelle, tome II, par Pierre Thibaudeau (Pays et Terroirs, 2018) et L’imprimerie de la Grande Armée catholique et royale. Nicolas-Jean Clambart, maître imprimeur, par André-Hubert Hérault (Hérault, 2018). 

Revue du Souvenir Vendéen n°286 (Printemps 2019), 92 pages, tout en couleur 

Ce contenu a été publié dans Vie de l'Association, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *