La nouvelle Croix des Malheurs érigée à Vallet

Principal lieu de mémoire des Guerres de Vendée à Vallet, au cœur du Vignoble nantais, la Croix des Malheurs avait bien triste mine lorsque nous y sommes passés le 16 juin 2018. Grâce aux travaux menés par S.O.S. Calvaires, avec notre soutien financier, le monument a entièrement été reconstruit, bien plus haut et plus solide que le précédent. 

Photos de groupes avec l’équipe de S.O.S. Calvaires (à gauche), Jehan de Malestroit et Gérard Biteau (à droite)

Le Souvenir Vendéen avait inauguré une plaque sur cette croix le 13 mai 2006. Le texte complet indiquait ceci : Cette « Croix des Malheurs » fut érigée à la mémoire de 70 combattants blancs et bleus tombés au pré voisin des « Culottes rouges » en 1793. Souvenir Vendéen. Mai 2006.

À l’époque, la route rectiligne (actuelle D763) n’existait pas encore ; le chemin menant à Vallet passait à la hauteur de cette croix, comme on peut le voir encore sur le cadastre de 1812. Rien d’étonnant, par conséquent, d’y voir les soldats des deux camps suivre cette voie et s’y affronter. La date de ce combat de 1793, qui fit 70 morts, ne nous est pas parvenue. On localise seulement le trou de carrière où ces derniers ont été inhumés, le pré des « Culottes rouges » faisant vraisemblablement référence au soulèvement de 1832 dans lequel les gars du pays de Vallet furent très actifs.

La Croix des Malheurs avant restauration

Le temps a eu raison du socle de maçonnerie grossière, fissuré par le gel et le dégel, et même du bois de la croix, rongé par l’humidité. Notre correspondant Gérard Biteau s’en est inquiété et a signalé l’urgence de travaux de sauvegarde. Le chantier a donc été entrepris par l’association S.O.S. Calvaires de Vallet, soutenue financièrement par le Souvenir Vendéen. Seuls ont été conservés le Sacré-Cœur placé sur la croix et la plaque de bronze qui a été confiée à un fondeur pour être restaurée (illustration ci-dessous).

La plaque du Souvenir Vendéen avant et après restauration

Le monument donne à penser qu’il défiera le temps. Assis sur une solide semelle de béton, le nouveau piédestal en ciment, bordé de belles pierres de granit, a été reconstruit en décembre 2018 au même endroit.

La reconstruction du piédestal en décembre 2018 (photo G. Biteau)

La nouvelle croix, bien plus haute que la précédente et réalisée en ciment armé, a été coulée cette semaine dans un atelier du Pallet. Gérard Biteau a rapporté que des ouvriers polonais de cette société avaient été très émus de cette opération.

La croix coulée en atelier (photo G. Biteau)

L’installation de cette croix s’est déroulée hier matin, à l’aide d’un engin de levage pour la mettre parfaitement d’aplomb. Le chantier a eu l’honneur de recevoir la visite de M. Jehan de Malestroit, qui fut en quelque sorte le parrain du précédent monument, et qui a pris la pose pour immortaliser l’instant.

La croix a été livrée et érigée hier matin sur son piédestal.

Près du nouveau monument gisent les restes de l’ancienne croix.

La croix est mise d’aplomb par M. Claude Morinière, maçon de l’association S.O.S. Calvaires de Vallet. 

M. Jehan de Malestroit est venu saluer cette croix à laquelle cet historien de Valllet reste très attaché.

L’arrivée du camion toupie de béton

La coulée du béton à l’intérieur du piédestal va sceller définitivement la croix.

Une fixation a été prévue au centre de la nouvelle croix pour accrocher le Sacré-Cœur (lui aussi restauré) qui se trouvait sur l’ancienne.

Le travail s’est achevé en fin de matinée après l’arrivée d’un camion toupie qui a livré le béton destiné à sceller définitivement l’armature d’acier de la croix dans le piédestal.

Il ne restera plus, après les finitions, qu’à poser la plaque que le Souvenir Vendéen a fait restaurer, et inaugurer cette nouvelle Croix des Malheurs…

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.