Combattants et martyrs des Guerres de Vendée au pays de Vallet

Le Souvenir Vendéen proposait hier une journée de découvertes autour de personnages qui ont marqué l’histoire des Guerres de Vendée dans le pays de Vallet. Si André Ripoche, le Martyr de la Croix, reste la figure marquante de cette région, d’autres moins connus ont également été honorés : Pierre de Bruc, chef vendéen de La Chapelle-Heulin, l’abbé Charles Brillaud, curé insermenté de La Boissière et La Remaudière, sans oublier Bureau de La Bossardière surnommé « le Lion de La Boissière ». 

Présentation de la tombe restaurée de la famille de Bruc de Livernière

Le programme très fourni de cette journée de printemps du Souvenir Vendéen s’est déroulé sur cinq communes. Tout a commencé à La Chapelle-Heulin avec une messe célébrée par le Père D. Redoulez, suivie d’une cérémonie au cimetière, devant le monument funéraire de la famille de Bruc entièrement restauré pour cette occasion. MM. Jean-Pierre Maillard, historien de la commune, a évoqué la vie de Pierre-Marie-Michel de Bruc de Livernière, auquel Xavier de Moulins, vice-président du Souvenir Vendéen et descendant de ce chef de la division du Loroux, a rendu un vibrant hommage. Une plaque a été apposée à l’entrée du cimetière pour rappeler la présence de ce personnage, mais aussi celle d’André Ripoche, martyrisé par les Bleus en mars 1794 pour avoir défendu la croix de son village de Bas-Briacé.

Avant la messe, le Père Redoulez devant la plaque à la mémoire d’André Ripoche, au fond de l’église de La Chapelle-Heulin

Après la messe

Détail d’un vitrail près du chœur, rappelant que l’église fut brûlée en 1793

Tableau de Pierre de Bruc de Livernière conservé dans la famille et exposé exceptionnellement pour cette occasion

Exposé sur Pierre de Bruc de Livernière par M. Jean-Pierre Maillard, historien de La Chapelle-Heulin

Dépôt de gerbe par M. Olivier de Charette et Mme Thérèse Hallereau, conseillers municipaux de La Chapelle-Heulin, et par Xavier de Moulins, descendant de Pierre de Bruc de Livernière

C’est là que nous nous sommes ensuite rendus. M. Pierre Bertin, maire du Landreau, et des habitants de Bas-Briacé nous attendaient au pied du calvaire, restauré par la commune en 2016, et béni hier par le Père Redoulez. Dans un second temps, le maire et le président du Souvenir Vendéen ont dévoilé une plaque sur la maison d’André Ripoche. Initialement posée en 1964, elle avait disparu lors de travaux et a été restituée à l’identique. L’accueil très amical s’est conclu autour d’un verre de muscadet offert par la municipalité. 

Rassemblement devant le calvaire d’André Ripoche, restauré en 2016 par la commune du Landreau

Bénédiction du calvaire par le Père Redoulez

MM. Olivier du Boucheron, président du Souvenir Vendéen, et Pierre Bertin, maire du Landreau

Les habitants du village de Bas-Briacé sont venus assister au dévoilement de la nouvelle plaque sur la maison d’André Ripoche.

MM. Olivier du Boucheron, président du Souvenir Vendéen, et Pierre Bertin, maire du Landreau, devant la plaque dévoilée 

Après un rapide passage à la Croix des Malheurs, lieu de mémoire des Guerres de Vendée à Vallet, les visites de l’après-midi nous ont entraînés vers La Remaudière et La Boissière-du-Doré, deux communes liées par leur histoire. Le Souvenir Vendéen a réalisé leurs tableaux-martyrologes qui ont été présentés par les historiens locaux, MM. Petiteau, de La Remaudière, et Jean-Camille Émeriau, de La Boissière-du-Doré, dont le talent de conteur a redonné vie à Jacques-Jean-Benoît Bureau de La Bossardière.

Guidés jusqu’au cimetière, nous nous sommes inclinés sur la tombe de ce chef vendéen, dont la chevelure flamboyante lui valut les surnoms de « Lion de La Boissière » ou encore de « Poil-Roux », ainsi que sur celle de l’abbé Charles Brillaud, curé de La Remaudière et La Boissière à l’époque de la Révolution, dont M. Petiteau nous avait parlé.

Exposé de M. Jean-Pierre Petiteau sur l’histoire de La Remaudière, et présentation du martyrologe présentant la liste des victimes des Guerres de Vendée dans la paroisse

Présentation de la commune par M. Maurice Bouhier, maire de La Boissière-du-Doré

L’histoire du « Lion de La Boissière » contée avec talent par Jean-Camille Émeriau

Ce parcours chargé en découvertes s’est achevé au château de la Noë Bel-Air. Accueillis par M. Jean de Malestroit, qui nous a relaté l’histoire des lieux, nous avons flâné dans les allées du parc arboré, admirant ses perspectives et le panorama sur Nantes, et marquant un dernier arrêt devant une stèle à la mémoire de Vendéens fusillés en 1793. La journée s’est conclue à l’orangerie du château, devant le traditionnel verre de l’amitié. 

M. Jean de Malestroit, notre hôte, raconte l’histoire du château, en compagnie d’Olivier du Boucheron, président du Souvenir Vendéen

Devant la stèle à la mémoire des fusillés de 1793

La stèle de la Noë Bel-Air

Le car des Voyages Bourmaud a grandement facilité le transports des participants.

Ce contenu a été publié dans Vie de l'Association, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *