Un charnier des Guerres de Vendée à Cholet en 1959

La mise au jour d’ossements datant des Guerres de Vendée au Mans en 2009 n’est pas une première. Cinquante ans auparavant, un charnier de la même époque fut en effet exhumé à Cholet. Un article paru hier dans le Courrier de l’Ouest évoque cette macabre découverte.

Cholet, 27 mars 1959, les ossements des victimes des Colonnes infernales à Saint-Melaine sont transportés au cimetière de Cholet (photo Yves Launay, Le Courrier de l’Ouest)

En mars 1959, des ossements humains furent exhumés au cours de travaux de terrassements dans le quartier de Saint-Melaine, ancienne paroisse de Cholet à mi-chemin entre cette ville et La Séguinière. On a d’abord pensé qu’il s’agissait là des vestiges de l’ancien cimetière, avant que le Docteur Coubard, président du Souvenir Vendéen, vienne constater que plusieurs des crânes présentaient une perforation dans la région temporale ou occipitale, vraisemblablement due à des coups de crosses, et même à l’impact d’une balle (1).

Ces corps pouvaient donc être ceux de victimes de la colonne infernale qui passa par là, venant de La Séguinière en direction de Cholet, le 24 mars 1794, ce que rapporte le registre clandestin de l’abbé Boisnaud (2). Huit personnes du hameau de Saint-Melaine qui n’avaient pas eu le temps de fuir furent impitoyablement massacrées par les soldats républicains. La plus âgée avait 77 ans, la plus jeune, 20 ans. Le propriétaire du terrain où reposaient ces ossements descendait d’ailleurs d’une des familles des victimes, les Courbet. 

Ces restes humains furent recueillis dans une caisse, qu’on déposa dans l’ossuaire du cimetière de la Croix de Bault, à Cholet. Deux ans après, le Souvenir Vendéen apposa sur le dernier pan de mur de l’ancienne église une plaque « à la mémoire des huit personnes de la paroisse de Saint-Melaine (famille Courbet et Breton) mises à mort en haine de la religion, le 24 mars 1794 ». La plaque a malheureusement disparu aujourd’hui, « emmenant dans l’oubli cet épisode sombre de l’histoire choletaise », comme on peut le lire dans l’article du Courrier de l’Ouest.

Article de Mickaël Leclerc publié dans le Courrier de l’Ouest, édition de Cholet, le dimanche 15 avril 2018

(1) Revue du Souvenir Vendéen, n°47, juin 1959, p. 28.
(2) Docteur Charles Coubard, La Guerre de la Vendée, Cholet 1793-1794, Éditions du Choletais, 1992 

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *