4 novembre 1793, la mort du général de Lescure

C’est à l’âge de 27 ans que Louis-Marie Lescure meurt le 4 novembre 1793, au lieu-dit les Besnardières, non loin du bourg de La Pellerine. Le général vendéen participait à la célèbre Virée de Galerne, une expédition effectuée par l’armée vendéenne qui, ayant traversé la Loire après la défaite de Cholet, le 17 octobre 1793, se rendit à Granville dans l’espoir d’y trouver des renforts en provenance d’Angleterre.

L’inauguration des deux plaques le 8 novembre 2014. De gauche à droite : le Père Marcel Bourdon, curé de la paroisse Notre-Dame-de-Charné, Paul Liguine, du Souvenir vendéen, Joseph Coutard, propriétaire des lieux, Michel Chatry, président du Souvenir Vendéen, et Pierre Chataigner, maire de La Pellerine (photo Ouest-France)

Mortellement blessé trois semaines avant, le « Saint du Poitou » fut transporté par ses hommes. C’est à sa mémoire que furent érigés en 1815, le calvaire des Besnardières et sa croix en bois.

En 1901, le calvaire a subi sa première rénovation avec une croix en ciment et un Christ en alliage de zinc. Mais au fil des années, le calvaire s’est dégradé. En accord avec la municipalité, le Souvenir Vendéen décida de le rénover en 2014.

La biographie de Lescure est disponible en fascicule au prix de 6 € port inclus.

Deux nouvelles plaques ont été dévoilées le samedi 8 novembre 2014. L’ancienne a été apposée sur la maison de la ferme du couple Coutard, où est mort le général Lescure. Une cérémonie pour laquelle des membres du Souvenir Vendéen et de la Chouannerie du Maine ont fait le déplacement. « Je suis épaté de cette mobilisation, a indiqué Pierre Chataigner, le maire. Nous avons un patrimoine qu’il faut entretenir. Il faut faire perdurer ce calvaire, en mémoire de la souffrance de tous ceux qui ont vécu ces moments de notre histoire ».

Pour Joseph Coutard et son épouse, le calvaire des Besnardières est aussi leur histoire. « Mon arrière-grand-père, mon père, et maintenant mes enfants et mes petits-enfants entretiennent ce calvaire », confie-t-il. Son épouse y dépose régulièrement des fleurs, ce qui a touché le président du Souvenir Vendéen, Michel Chatry, et ses camarades, parmi lesquels était présent Paul Liguine, cheville ouvrière du projet de rénovation. « Notre association compte un millier d’adhérents, pas tous des résidants de Vendée. Nous nous efforçons de maintenir le souvenir de la Vendée Militaire. Nous avons la mémoire de nos ancêtres à défendre », a souligné Michel Chatry.

(D’après le journal Ouest-France du 12 novembre 2014)

Pour revivre quelques moments de cette journée du 8 novembre 2014 une vidéo a été réalisée par Ninette Dutoya et Claude Hissler :

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *