Les reliques de la cathédrale du Mans sauvées par un prêtre vendéen en 1793

Responsable de la Section La Flèche-Le Mans du Souvenir Vendéen, notre administrateur Henri Baguenier Desormeaux est très attaché au retour des reliques de la cathédrale du Mans, qu’un prêtre vendéen a sauvé du vandalisme révolutionnaire lors de la Virée de Galerne. 

Les reliques de la Vraie Croix du Mans (à gauche) et l’un des deux reliquaires réalisés vers 1840 pour recueillir les ossements sauvés par l’abbé Barbot (photo ND)

Henri Baguenier Desormeaux l’a rappelé dans un commentaire qu’il a publié hier sur le site :

« Une ostension des reliques de la cathédrale du Mans sera-t-elle possible ? En effet ces importantes et nombreuses reliques furent confiées à l’abbé Barbot, vicaire de Champtoceaux, entraîné dans la Virée de Galerne. Il accompagnait l’Armée Catholique et Royale dans cette folle épopée. On les lui remit vers les 11, 12 ou 13 décembre 1793 sans doute, lors du passage et du massacre des Vendéens au Mans pendant qu’il priait dans cette cathédrale. Il les cacha dans sa large ceinture après qu’elles furent sorties de leurs reliquaires. Elles furent ainsi translatées à Champtoceaux en Anjou, car ce bon prêtre fut un des rares survivants qui réussit à retraverser la Loire pour regagner sa contrée d’origine. Les reliques existent toujours… »

Et c’est exact, elles reposent encore aujourd’hui à Champtoceaux, là où l’abbé Alexis Thomas Barbot (Couffé 1753 – Champtoceaux 1831) les avait déposées après mille péripéties, dont nous découvrirons tous les détails dans le n°279 de la Revue. Ces reliques n’attendent plus que leur complet retour à la cathédrale Saint-Julien du Mans. « Les Angevins témoigneraient ainsi de leur bonne volonté en espérant, peut-être par gratitude, que leurs voisins soutiennent leur vœu quant au retour de leurs ancêtres massacrés dans les rues du Vieux Mans un funeste 13 décembre 1793. »

En voici encore quelques photos prises au début du mois de juillet, quand Jean-Yves Bouchaud (1) m’a dévoilé ces précieux souvenirs historiques : 

L’intérieur d’un des reliquaires où l’on distingue des noms d’anciens évêques du Mans, notamment saint Julien

Détail du reliquaire de la Vraie Croix du Mans (à gauche, photo ND)

(1) Jean-Yves Bouchaud est l’auteur des Mémoires de guerre d’un paysan vendéen, paru en 2016

   

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *