Album photo de la journée d’assemblée générale à Angers

Le Souvenir Vendéen s’est réuni hier pour une journée au programme bien chargé, le matin à l’Institution Mongazon pour son assemblée générale ; l’après-midi sur plusieurs lieux témoins des Guerres de Vendée à Angers.

Les participants ont découvert hier la plaque à la mémoire de Stofflet, posée sur le lieu de son exécution en 1996, fraîchement restaurée par le Souvenir Vendéen. 

Le programme aurait pu s’intituler « Sur les pas de deux prêtres réfractaires à Angers », tant la présence des abbés Urbain Loir-Mongazon et Noël Pinot fut prégnante tout au long de cette journée.

Le premier, qui était vicaire à Saint-Martin de Beaupréau et ami de d’Elbée, a traversé la Révolution et les Guerres de Vendée au prix de maintes péripéties, le plus souvent caché pour échapper à la traque des Bleus. La paix revenue, celui qu’on surnomma « le patriarche de l’Église d’Anjou » voua le reste de son existence à l’éducation des jeunes chrétiens en fondant une institution qui porte toujours son nom.

Le second, Noël Pinot, n’eut pas la chance de son confrère. Curé insermenté du Louroux-Béconnais, il connut lui aussi la clandestinité et les persécutions sous la Terreur, et paya de sa vie son engagement religieux. Un grand nombre d’églises angevines conservent sous forme de vitraux, statues et fresques, le souvenir de son exécution le 21 février 1794 sur la place du Ralliement.

Souvenirs des Guerres de Vendée à Angers

Les organisateurs de cette journée si riche en découvertes nous ont ainsi conduits sur plusieurs lieux chargés de souvenirs historiques : la chapelle de l’Institution Mongazon au splendide décor peint ; son petit musée rempli de tableaux et d’objets liturgiques, certains ayant appartenu au prêtre réfractaire ; la basilique de la Madeleine et son remarquable ensemble de verrières illustrant l’histoire du Sacré-Cœur (en particulier la très belle scène de l’entrée en guerre d’Henri de La Rochejaquelein) ; l’église Saint-Joseph qui abrite deux superbes fresques dédiées au Bienheureux Noël Pinot, réalisées par Livache ; enfin, la plaque restaurée par le Souvenir Vendéen, sur le lieu de l’exécution de Stofflet, le 25 février 1796. Le parcours, grandement facilité grâce à la mise à notre disposition de deux cars (dont l’un des Transports Bourmaud) s’est achevé par une réception à l’Hôtel de Ville, où Maxence Henry, adjoint au maire, nous a chaleureusement accueillis. Un bref exposé sur l’histoire d’Angers pendant les Guerres de Vendée a conclu ce programme foisonnant.

Nous tenons à remercier :

  • Mme Kirstetter, directrice de l’Institution Mongazon pour son accueil ;
  • Le Docteur Rocquet pour sa présentation de l’abbé Loir-Mongazon ;
  • M. Étienne Vacquet, conservateur des objets d’art de Maine-et-Loire qui a présenté les verrières de la Madeleine et les fresques de Livache à Saint-Joseph ;
  • et Mme Caroline Fel, adjoint au maire d’Angers, qui nous a reçus à l’Hôtel de Ville.

Le compte rendu de cette journée sera présenté dans le n°278 (Printemps 2017) de la Revue du Souvenir Vendéen. En attendant, voici quelques images (merci à Xavier de Moulins, Antoine Baguenier Desormeaux, Christophe Hermouet et Guy Jacob pour les photos !) :

À l’entrée de la chapelle de l’Institution Mongazon sont exposés des souvenirs, notamment des objets liturgiques ayant appartenu à l’abbé Loir-Mongazon.

Détail des vitrines

La messe célébrée en la chapelle de l’Institution Mongazon

Dans la chapelle, le monument à la mémoire de l’abbé Mongazon…

… et un tableau le représentant dans sa mission d’éducation

L’orgue au fond de la chapelle

Notre 1er vice-président Xavier de Moulins arbore son épinglette du Sacré-Cœur.

Présentation de l’Institution Mongazon au début de notre assemblée générale

Mme Anne Rolland-Boulestreau, historienne et enseignante, était présente parmi nous.

Temps fort de l’assemblée générale, l’hommage de Jehan de Dreuzy à Michel Chatry, qui nous a annoncé qu’il quittait son poste de président du Souvenir Vendéen

Michel Chatry, président du Souvenir Vendéen, entouré de ses deux vice-présidents, Xavier de Moulins (à gauche) et Pierre Gréau (à droite)

L’amphithéâtre où s’est tenue notre assemblée générale porte le nom de René Bazin, académicien français, auquel le général Richou a consacré un article publié dans la Revue n°275.

Le déjeuner à l’Institution Mongazon : à la table d’honneur (côté gauche), Mme Noëlle Pouplin, M. Jehan de Dreuzy (président honoraire du Souvenir Vendéen), Mme Chatry, M. Dominique Souchet (ancien maire de Luçon, député de la Vendée et député européen) et M. Jacques Richou (président de l’association des Amis de René Bazin) ; debout, MM. Jean-Pierre Rambaud (à gauche) et Michel Chatry (à droite)

Le déjeuner

Les panneaux de notre exposition mobile étaient déroulés dans la salle du déjeuner.

Dans les vitraux de la basilique de la Madeleine, l’entrée en guerre d’Henri de La Rochejaquelein et le colonel de Charette et ses Volontaires de l’Ouest à la bataille de Loigny (2 décembre 1870)

Les vitraux de la basilique de la Madelein déroule un véritable livre d’images sur l’histoire du Sacré-Cœur. Ici, Mgr Freppel, évêque d’Angers, fer de lance de la résistance pendant la guerre de 1870 ; et le Vœu de Louis XVI.

Découverte de la Madeleine d’Angers dont l’architecture revisite le gothique angevin.

La Madeleine et Saint-Joseph

Présentation des fresques de l’église Saint-Joseph d’Angers par M. Étienne Vacquet, conservateur du patrimoine

Une messe de Noël Pinot sous la Terreur, fresque de Livache

L’abbé Noël Pinot monte à l’échafaud, fresque de Livache

Un détail des verrières de la nef de Saint-Joseph : le décor des scènes bibliques a de curieux airs d’Anjou médiéval…

Découverte de la plaque restaurée à la mémoire de Stofflet, sur le lieu de son exécution

Exposé de Michel Chatry sur l’exécution de Stofflet, le 25 février 1796 (à l’arrière-plan, MM. Michel Vrignaud et Antoine Baguenier Desormeaux)

L’arrivée à l’Hôtel de Ville d’Angers

Maxence Henry, maire-adjoint, nous accueille dans les salons de l’Hôtel de Ville d’Angers.

Avant les rafraîchissements, un petit exposé sur l’histoire d’Angers au temps des Guerres de Vendée

La cheminée de la salle des mariages, chef-d’œuvre de sculpture en marbre et tuffeau, fut récupérée lors de la démolition de l’hôtel de Lasnier (rue Saint-Julien).

MM. Dominique Souchet et Xavier de Moulins posant devant le grand tableau représentant la réception du roi Louis XI au château d’Angers, le 23 juillet 1474.

Dans l’entrée de l’Hôtel de Ville, parmi des médaillons de bronze de David d’Angers, le portrait du général Travot

 

Ce contenu a été publié dans Vie de l'Association, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Album photo de la journée d’assemblée générale à Angers

  1. Puaud Jack dit :

    Remercions notre ancien président pour tout le travail accompli, son retrait,( mais non sa retraite), nous montre combien sa sagesse est grande de transmettre le témoin pour que perdure le « souvenir vendéen ».
    Le travail effectué porte ses fruits aujourd’hui, en effet, contrairement à il y a seulement une cinquantaine d’années, les français découvrent combien notre Vendée militaire a connu de martyrs…
    Des émissions sur nos grands médias, impossibles à envisager il y a seulement quelques années, montrent assez bien la prise de conscience de nos souffrances et permettront sans aucun doute une proche reconnaissance officielle prochainement.
    Merci donc à Michel Chatry pour la qualité de son travail pour la cause vendéenne.

    • MARTIN dit :

      Monsieur le Président,

      Merci pour ce message, qui me permet de comprendre pourquoi je n’ai rien reçu à la suite de mon inscription au « Souvenir Vendéen ».

      Avec les membres de ma famille, redécouverts grâce à une étude généalogique de la famille Berthelot d’Yzernay (ma branche maternelle), Nous avons appris d’un « cousin » (nos arrière-grand-pères étaient frères) que l’un de nos ancêtres a participé aux « Guerres de Vendée », sous les ordres du général d’Autichamp, dans l’armée de Bonchamp.

      Nous sommes donc avides de tous les renseignements que nous pouvons et pourrons glaner. Nous nous sommes rendus sur les lieux où ont vécu nos ancêtres.

      Merci de nous tenir au courant des publications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *