Les descendants d’un « brigand de la Vendée » au Refuge de Grasla

C’est une réunion de famille originale, une « cousinade de la mémoire », qui a réuni samedi dernier, dans la forêt de Grasla, 180 descendants de Marie Henri Jean Gourraud venus rendre hommage à cet ancêtre qui périt de la main des Bleus en 1794. 

Refuge de Grasla

Les descendants de Marie Henri Jean Gourraud se sont rassemblés aux Brouzils (photo Le Refuge de Grasla)

Né à la Benancisière, en Chavagnes-en-Paillers, le 31 janvier 1768, Marie Henri Jean Gourraud a connu la Grande Guerre de 1793. Entraîné dans la fuite des Vendéens au-delà de la Loire – la tragique « Virée de Galerne » –, il vécut les marches exténuantes, les combats incessants, la faim et le froid, avant de tomber entre les griffes des républicains lors des sanglantes journées du Mans en décembre 1793. Condamné à mort comme « brigand de la Vendée » par le tribunal criminel du département de la Sarthe, il fut exécuté le 16 janvier 1794.

Mais il n’est pas tombé dans l’oubli. Depuis 25 ans, les bénévoles du Cercle généalogique du Refuge de Grasla mènent des recherches sur les descendants de personnes liées aux Guerres de Vendée dans le pays de Saint-Fulgent. Ces travaux très poussés ont permis d’en retrouver 3.614, issus de 1.200 familles.

Retrouvailles familiales à Grasla

Samedi dernier, 3 septembre 2016, une messe a été célébrée en l’église des Brouzils par le Père Louis Vrignon, lui-même descendant de Marie Henri Jean Gourraud. Les membres de cette grande famille ont ensuite été accueillis par le maire de la commune, M. Dominique Paquereau, et par Wilfrid Montassier, le président du Refuge de Grasla, pour une journée d’animations, entre découverte de l’immense arbre généalogique, photos de famille, visite du refuge, danses traditionnelles vendéenne par La Guerroué du Bocage.

Notre vice-président Pierre Gréau (1) était présent à cette occasion pour présenter, dans la salle des Pastourelles, une conférence sur cette « Virée de Galerne » qui précipita la perte de cet aïeul vendéen toujours présent.


(1) Pierre Gréau est l’auteur d’un ouvrage de référence sur ce sujet :
La Virée de Galerne, la marche sanglante des Vendéens, 18 octobre – 23 décembre 1793
paru en juillet 2012 aux Éditions Pays et Terroirs, à Cholet
392 pages, 25 €
À découvrir dans la Bibliographie de la Revue du Souvenir Vendéen, n°259 (juillet 2012), pp. 72-73.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *